Les opportunités commerciales dans le metaverse

kimveillaux - 10/11/2022

Le metaverse

Le terme de metaverse représente un monde virtuel fictif et persistant en 3D dans lequel nous pouvons retrouver des interactions sociales. En effet, sa popularité s’est décuplée au moment précis où Facebook abandonne le nom de Facebook et devient Meta (Metaverse). Pour autant, les metaverses existent depuis longtemps. Répondant à différents usages, le metaverse soulève des questions importantes sur les opportunités commerciales qu’il apporte. En particulier dans un précédent article, les chiffres clés de la réalité virtuelle dans le retail, nous avions relevé les grandes tendances du changement du retail qui se tourne désormais vers le metaverse :

  • 70% des consommateurs ayant visité un magasin dans le metaverse ont consommé.
  • 60% de la génération Z pense que les marques devraient vendre leurs produits sur des plateformes metaverses

Les changements apportés par la cryptomonnaie

Les cryptomonaies étaient jusqu’alors connues d’une minorité de personnes, spéculateurs, digital natives ou initiés. Sans faire de bruit, la masse financière des cryptomonnaies est devenue telle que certains états et autres banques centrales l’ont adoptée. On est passé d’une niche à un moyen de paiement quasi généralisé. 

L’arrivée du web 3 et du metaverse n’a fait qu’amplifier cette révolution crypto. En effet, ces technologies complètent également la création, la propriété et l’échange d’actifs numériques et de versions tokenisées d’actifs du monde réel pour renforcer les cryptomonnaies et les NFT. Une cryptomonnaie est basée sur un système de paiement numérique qui ne nécessite pas les banques pour vérifier les transactions. C’est un système de partage peer-to-peer (P2P). Il permet à toute personne d’envoyer et de recevoir n’importe où des paiements. À l’aide de la technologie blockchain, toutes les transactions sont mises à jour et détenues par les détenteurs d’une monnaie. Il existe des milliers de cryptomonnaies parmi lesquelles le Bitcoin ou l’Ethereum sont les plus populaires. Son cours est très fluctuant et instable. 

De son côté, un NFT ou jeton non fongible, représente n’importe quel objet qui est rattaché à une identité numérique. Tout comme les cryptomonnaies, ils sont basées sur la blockchain pour être stockés et identifiés. 

Une monnaie virtuelle dans un métavers mais pourquoi faire ?

Le direct to avatar : opportunités commerciales dans le metaverse

Une pratique pas si nouvelle

Les consommateurs en particulier les digital native misent de plus en plus sur la propriété numérique. En effet, ils sont prêts à customiser leur identité numérique, à acquérir des biens et propriétés dans le monde virtuel. 

The Fabricant, une maison de couture exclusivement numérique a d’ailleurs vu le jour. Le principe, un vêtement n’a pas forcément besoin d’être physique pour exister. En février 2021, le pionnier de la mode NFT, RTFKT Inc. (prononcez “artefact”) a vendu 600 paires de baskets numériques. Conçues en partenariat avec l’artiste Fewocious, ces NFT se sont écoulés en seulement 7 minutes, générant 3,1 millions de dollars. 

Le terme direct-to-avatar (D2A) désigne le modèle commercial consistant à vendre des produits directement aux avatars des acheteurs. En effet, ce concept existe déjà depuis de nombreuses années au sein des jeux vidéo. Il est possible d’acheter des cosmétiques ou peaux (skins) pour personnaliser son personnage. Cette pratique est un très bon modèle économique pour les éditeurs de jeux vidéo et c’est tout naturellement que les métavers ont reproduit ce modèle “direct to avatar”. 

Il existe une multitude de métaverse, avec des finalités et des usages très différents les uns des autres, en voici quelques uns 

Les metaverses liés au monde du travail

La pandémie de Covid a ancré le télétravail dans nos habitudes. C’est tout naturellement que le métaverse s’est transformé en outil collaboratif. En effet, cela nous permet de retrouver une ambiance de travail similaire à celle que nous connaissions dans les bureaux. 

Pour finir, il offre aux managers un environnement virtuel où ils peuvent rencontrer leurs collaborateurs, communiquer avec eux et conserver un semblant d’interaction physique. En 2021, Meta avait d’ailleurs lancé Horizon Workrooms sur Oculus Quest 2. Cette solution permet justement de répondre aux nouvelles problématiques engendrées par le télétravail.

Les metaverses liés au secteur médical

Le metaverse est aussi un outil précieux pour les professionnels de la santé. Il est désormais possible de rendre visite à un patient n’importe où, quelles que soient les contraintes géographiques ou sanitaires.

La télémédecine, la fourniture de services médicaux à distance, s’est d’ailleurs fortement développée pendant la pandémie de Covid-19.

L'univers du jeu vidéo

L’origine des metaverses, c’est le jeu vidéo. C’est ce qui permet de rendre les jeux plus immersifs et plus excitants. À l’image du jeu Fortnite, les joueurs à travers leur avatar sont amenés à vivre des expériences très variées et uniques. C’est assez naturellement que les éditeurs de jeux ont proposé à leurs joueurs de participer à des concerts, des happenings sociaux. Cela leur permet aussi de créer leurs propres espaces virtuels, collaborer et jouer avec leurs amis. 

On estime que les ventes de skins dépassent les 230 millions de dollars dans l’année selon le site de l’économie de microtransactions.

Et le retail dans tout ça ?

Nous vous avions déjà parlé du développement rapide des magasins virtuels mais l’arrivée récente des métavers publics bouleverse totalement le monde de la distribution. La récente étude de Mckinsey montre que les consommateurs américains, issus des différentes générations, ont l’intention de passer près de 4h par jour dans le metaverse en moyenne. Elle met aussi en avant que, contrairement aux idées reçues, l’intérêt futur des consommateurs dans le metaverse se porte en premier lieu sur le shopping (48%). C’est une révolution qui s’installe.

Nous pensons aussi qu’il existe une distinction entre les Metavers privés (qui sont représentatifs d’une entité, entreprise, institut…) des métavers publiques, (qui vont rassembler des personnes de toutes origines et qui ne sont pas spécifiquement rattachés à une entreprise.)

Les metaverses publics : les opportunités commericales

Ces métavers proposent généralement à leur communauté, de créer un avatar, d’acheter un terrain, de participer à des expériences collectives (concerts ou autres). Mais également, de créer des expériences de jeux, de les monétiser sur une marketplace et dans le cas échéant d’acheter des NFT. 

Soyons chauvins, petit focus sur 2 métavers français : 

L’outsider : Metaverse GT.  Nouveau venu, il propose un service qui permet aux entreprises de vendre leurs produits et services dans un environnement 3D immersif et interactif.  L’objectif est de proposer un accès le plus simple possible, et un paiement simplifié avec la “classique” carte bleue ou via les cryptomonnaies. 

La star incontestable, The Sandbox :

The Sandbox est un monde de jeu virtuel métavers décentralisé construit sur la blockchain Ethereum. Les créateurs peuvent créer une expérience de jeu et la monétiser via des jetons non fongibles NFT à l’aide de la cryptomonnaie de The Sandbox appelé SAND.

De grandes entreprises françaises et internationales investissent ces métavers.

L'exemple : Carrefour

En début d’année, le groupe annonçait avoir acquis une parcelle sur Sandbox pour un budget estimé à 300 000€. L’objectif annoncé :  «Notre stratégie est d’être au coeur des tendances émergentes pour les comprendre et ne pas avoir à y réagir plus tard» 

Dans la foulée, Carrefour a commencé à “dropper” des NFT à 15 euros pour sensibiliser ses clients sur la sauvegarde des abeilles. Le distributeur va choisir de mettre en vente ses premiers NFT sur The Sandbox, il prévoit de proposer une expérience de jeu éducative et ludique autour des abeilles.

Le monde du Luxe

Selon le Journal du Luxe, les maisons de hautes coutures veulent améliorer l’engagement client grâce à ces différentes technologies (NFT, metaverse, imagerie 3D) tout en développant une forme d’activité éco-responsable. 

Prada, maison italienne, réinvente son concept “Time Capsule” en y ajoutant des NFT. Ce nouveau projet inaugure en même temps l’arrivée de Prada sur la plateforme Discord. Les vêtements proposés sur le Web3 donnent également accès à des expériences digitales inédites. Prada a bien compris que les NFT sont des symboles de puissances digitales pour une marque et que cela attire de multiples consommateurs adeptes de ces nouvelles technologies. 

La maison Christian Lacroix, a eu l’idée originale de créer une fête en 3D dans le monde virtuel métavers de Decentraland. La marque s’est associé avec l’entreprise Exclusive afin de lancer une collection de NFT. Ces NFT permettent d’obtenir des objets de collection numériques inédits. Au total, 700 jetons non fongibles sont proposés à la vente au prix de 0,4 ETH soit, environ 680 euros.

Dans le monde du luxe les exemples sont nombreux mais il n’a pas le monopole. En effet, même des chaînes de fast food comme Pizza Hut se lancent dans la commercialisation de NFT et se tournent vers les métavers

Afin d’expérimenter des modèles de ventes, pour rester proche des digitals natives ou encore pour pénétrer cette nouvelle économie virtuelle. D’autres marques font le choix des métavers privés

Les metaverses privés : ses opportunités commerciales

Le Printemps a récemment lancé son tout premier virtual store ou l’on trouve une sélection de produits très ciblés. Dans un univers onirique, basé sur la modélisation de cet emblématique bâtiment. Le Printemps propose un jeu consistant à tenter de gagner des NFT sous condition de l’achat d’un produit. L’objectif, au-delà de générer des ventes, permet aussi de booster leur image de marque, démontrant ainsi que la marque innove et s’adapte aux nouvelles technologies. 

Exemple : La Nouvelle Cave

La Nouvelle Cave, enseigne du groupe Casino, démocratise le monde du virtuel à travers une boutique virtuelle immersive disponible depuis le site web. Basée sur le modèle d’une des boutiques de l’enseigne, on y retrouve un caviste digital pour les conseils. Egalement, nous retrouvons des fiches produits dans lesquelles des modèles 3D ont été intégrés qui permettent de manipuler les bouteilles “comme si l’on était dans la boutique physique”. 

A l’occasion de la foire aux vins, une sélection de vins rares est adossée à des NFT. Cette opération menée en collaboration avec la Maison Bouée est très simple.  Les NFT sont droppés à l’occasion de la foire aux vins et peuvent être achetés en euros à la boutique de La Nouvelle Cave et sur le site e-commerce. Ces NFT sont matérialisés avec des QR code et une reproduction en bois qui permet d’accéder aux informations sur le vin. Les bouteilles achetées ne seront pas physiquement présentes sur le point de vente, mais le NFT agit comme un certificat d’authenticité. 

En effet, les vins restent stockés chez le négociant ou le propriétaire, garantissant ainsi les conditions optimales de vieillissement jusqu’au moment où le client souhaite les accueillir physiquement dans sa propre cave ou les revendre selon son choix. Les NFT sont rattachés à un wallet par ailleurs. Petite révolution dans le monde feutré et très traditionnel des négociants en vins.

Exemple : Nissan

Les industries traditionnelles aussi s’orientent vers les métavers et proposent de multiples expériences. 

Nissan a créé une galerie numérique dénommée Nissan Crossing dédiée intégralement aux visiteurs. Il s’agit d’une salle d’exposition virtuelle dans laquelle les clients de la marque pourront y voir les véhicules disponibles dans le catalogue Nissan. Toyota prévoit de réaliser un projet de métavers à destination de son personnel. La création de postes de travail virtuels offre la possibilité aux employés de se promener dans une version virtuelle des bureaux et d’interagir avec les collègues via des avatars.

Attention au bad buzz

La présence sur les métavers est un excellent vecteur de communication. En revanche, il faut rester vigilant, le bad buzz n’est jamais loin. Il y a quelques mois, le PDG Alexandre Bompard du groupe Carrefour en a fait les frais après la mise en place d’une plateforme virtuelle de recrutement d’ingénieurs & data scientists. Déchainement de commentaires négatifs sur Twitter. En conséquence, les reproches fusent, la plateforme est de mauvaise qualité, les graphismes sont pauvres, le son sature et la démarche en elle-même est remise en question. Pourtant l’outil n’avait pas vocation à être une expérience graphique mais bien un outil pratique pour faciliter le recrutement. Méfiance, la bienveillance n’est pas au cœur des réseaux sociaux.

Le positionnement de Retail VR : Les opportunités commerciales dans le metaverse

Nous sommes convaincus que le v-commerce, le commerce par la réalité virtuelle et le metaverse sont l’avenir de l’e-commerce. 

Dans une démarche pragmatique, nous proposons à nos clients des expériences de vente qui facilitent l’engagement client. Nous poursuivons notre stratégie de partenariat et offrons désormais une intégration de nos solutions avec les plus grands CMS & CRM disponibles sur le marché.  

Notre récente infographie sur les chiffres clés de la réalité virtuelle dans le retail montre que l’apport de nouvelles technologies dynamisent les actions commerciales. 61% des clients aux États-Unis disent préférer les magasins avec des expériences de réalité augmentée. 

Les grandes entreprises s’engouffrent dans cette direction et nous fiers de les accompagner en mettant à leur disposition nos solutions transactionnelles à destination du grand public (B2C) ou des professionnels (B2B).

Pour avoir un aperçu d’un magasin virtuel, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Nos équipes techniques et commerciales sont à votre disposition pour étudier vos projets.